Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/02/2009

Justine Henin et les déplacés du Kivu

J'ai suivi le 30 janvier 2009 le journal télévisé RTL avec la nouvelle ambassadrice de l'Unicef Justine Henin mais je reste sur ma faim de savoir qui sont ces déplacés au Kivu en RDC. Des congolais autochtones du coin, des étrangers hutus ou les ennemis du CNDP à savoir des maï maï du Pareco? Etes-vous aussi bien certain que les auteurs des violences soient bien les gens du CNDP, ce que le journaliste semblait insinuer. Des hutus sont venus au Kivu depuis la prise de Kigali par le FPR en juillet 1994. De plus il faut comprendre la mentalité locale et à ce niveau et en temps de guerre il est normal de ne pas distinguer entre civils et combattants.  Par contre j'ai bien vu que les déplacés ont relativement bien de la chance et ils sont mieux lotis que la plupart des congolais ordinaires: ils sont logés, nourris, soignés, ont des écoles pour leurs enfants et ils reçoivent même des moustiquaires...D'autre part comme ambassadrice vous auriez pu choisir une personne un peu plus civique; Justine Henin n'a-t-elle pas au temps de sa gloire éludé l'impôt en se domiciliant en dehors du territoire national. 

Commentaires

Monsieur
Nous avons pris connaissance de votre message et bonne note de vos remarques.
Vous comprendrez toutefois que nous ne puissions les partager.
D’une part, l’UNICEF étant apolitique, nous n’avons pas d’opinion quant aux responsabilités respectives des intervenants à un conflit. Nous ne pouvons que constater les dégâts causés aux enfants et aux femmes et tenter d’y apporter un remède. Quant à ce que les journalistes avancent, cela tient de leur travail et de la liberté de la presse. Nous n’entrerons pas dans ce débat.
Je passerai aussi sur vos considérations oiseuses quant au bien-être de personnes déplacées dans les camps qui selon vous « ont relativement bien de la chance ». Allez y vivre quelques jours et vous comprendrez. L’UNICEF, dans ses interventions, veille à ne pas créer de déséquilibre entre les populations déplacées et les populations dites « autochtones ». Les citernes, latrines et centres de santé sont ouverts à tous sans discrimination.
Enfin, concernant vos remarques quant à Madame Henin, libre à vous de les formuler. Pour notre part, nous travaillons avec elle dans le cadre d’un mandat et nous respectons sa vie privée en dehors de ses activités en tant qu’ambassadrice bénévole.
Bien à vous
Benoît Melebeck
Coordinateur de l’information
UNICEF Belgique

Écrit par : Benoît Melebeck | 02/02/2009

La situation malheureuse du Kivu est une aubaine pour un bon nombre d'ONG y compris l'Unicef.

Écrit par : anneet | 02/02/2009

Bonjour Monsieur,
Oui, comme précisé dans les reportages, ce sont bien des déplacés congolais (en immense majorité). Ils sont Hutus & Tutsis et ils viennent des zones les plus frappées par les combats ces derniers mois / années. Quant à leurs affinités politiques ou autres, on retrouve un peu de tout, les organismes humanitaires n'entrant - heureusement - pas dans ce genre de considérations.
En ce qui concerne votre remarque sur les conditions de vie dans les camps ("ils reçoivent nourriture, soins médicaux, etc."), je vous signale simplement que:
* en très grande partie, ces personnes seraient vraisemblablement bien plus heureuses dans leur village et sans la guerre; elles parviendraient à s'en sortir notamment grâce à l'agriculture (la terre du Kivu est très fertile).
* dans les camps, tous ne sont pas si bien nantis que cela. Il nous est apparu évident que la nourriture distribuée ne suffit pas du tout et que beaucoup sont en manque de bâches. N'oubliez pas que dans cette région (Est du Congo), il pleut beaucoup et les nuits sont froides. Certains, seulement, bénéficient de soins médicaux et de très nombreux enfants, par manque de moyens des parents, ne vont tout simplement pas à l'école.
* La situation est bien pire dans les camps dits spontanés (non supervisés par le HCR ou autres) et moins visités par les organisations humanitaires.
Bien à vous,
P. Migisha.

Écrit par : migisha | 04/02/2009

Je vous remercie pour les précisions apportées: "les organismes humanitaires ne tiennent pas compte des affinités politiques"; c'est très bien ainsi dans le chef des organismes humanitaires mais les donateurs volontaires ou obligés ont cependant le droit de savoir et d'être ainsi plus ou moins motivés. J'aimerais cependant que vous me précisiez en ce qui concerne les hutus et tutsis que vous citez: sont-ils par exemple des habitants de Rutshuru ou des immigrés venus du Rwanda depuis 1994. Bien vôtre.

Écrit par : anneet | 04/02/2009

Je suis incapable de répondre de manière complète (cf. immigrés du Rwanda) à votre dernière question. Ce que je peux vous dire, simplement, c’est qu’au travers des témoignages recueillis sur place, on a constaté que beaucoup venaient en effet de Rutshuru. Bien à vous.

Écrit par : migisha | 04/02/2009

Je reste sur ma faim de savoir mais vous n'y pouvez probablement rien à moins que vous ne soyez tenu à des impératifs supérieurs et très orientés. Me dire que les hutus et tutsis viennent de Rutshuru n'explique pas s'ils sont des habitants autochtones ou des immigrés depuis 1994. Bien à vous.

Écrit par : anneet | 04/02/2009

Cher Monsieur,
Soyez rassuré : je ne suis ni orienté, ni guidé par ma hiérarchie. Je suis juste incapable de répondre à cette question très précise qui apparemment vous préoccupe au plus haut point. Désolé de ne pas pouvoir vous éclairer davantage. Bien à vous.

Écrit par : migisha | 04/02/2009

Les commentaires sont fermés.