Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

08/03/2009

Tous ensemble pour la cause des femmes en République Démocratique du Congo

Dès le 23 février 2009 j'écrivais les lignes suivantes à la coordination du collectif à la base de la manifestation.

Oui à votre manifestation prévue le 8 mars à Bruxelles mais j'aimerais bien savoir pourquoi débutez-vous les morts au Congo en 1996?

J'aimerais aussi connaître les grands coupables de tous les sévices faits aux femmes. Quand vous dites que ni la Monuc, ni les FARDC ne sont capables de protéger la population c'est un euphémisme, pour moi ils sont à compter parmi les coupables et pour la simple raison que les uns comme les autres sont des étrangers à la région où ils oeuvrent (je devrais écrire sévissent). Il n'y a que des forces locales de protection qui peuvent aider la population et non des soldats onusiens à la braguette trop souvent ouverte ni une armée nationale héritée de l'armée  coloniale faite pour imposer l'autorité du pouvoir central. Et si des forces locales ont commis des sévices c'est qu'elles étaient en guerre et les victimes sont donc des victimes de guerre.

Quant aux enfants soldats, il faut relativiser. En Belgique au temps du service militaire obligatoire on était appelé à 17 ans et on faisait généralement son service à 18 ou 19 ans sauf sursis, or à l'époque la majorité était fixée à 21 ans; conclusion la Belgique a également recruté des enfants soldats.

Mes remarques n'enlèvent rien à mon soutien à votre prochaine manifestation bien que je voudrais qu'elle ne soit pas vécue comme une action contre le président  Kabiia, Je le crains à cause de la présence comme vous le dites vous-même des ong de la diaspora congolaise.

Commentaires

Le 4 mars 2009 le CADTM (Comité pour l'annulation de la dette du Tiers Monde) me répondit:

Bonjour,

Un grand merci pour votre réponse, vos commentaires et votre soutien! Excusez, je vous prie, le retard de ma réponse.

Je vais essayer de répondre à vos questions, mais il convient d'abord de souligner que ce collectif Tous Ensemble pour la cause des femmes en RDC rassemble beaucoup d'organisations qui travaillent sur la question (des ONG, des organisations de femmes et des organisations tant de RDC comme de la diaspora comme vous le soulignez) et donc des positions très différentes...

Je crois que c'est cela qui va répondre à votre question : pourquoi décidez de ne traiter que la période post-1996? C'est parce que le consensus en vigueur au niveau international est que le conflit actuel a démarré en 1996. Même si tou-te-s les participant-e-s de ce Collectif (et notamment pour ma part) ne partagent pas cette vision, le texte a été ainsi arrêté.

De même, sur les responsabilités de la MONUC et des FARDC, le consensus a été atteint sur le fait qu'elles ne protégeaient pas les populations. Le Collectif a choisi de ne pas rentrer plus avant dans les polémiques sur le rôle de la MONUC et des FARDC afin de pouvoir rassembler largement (notamment en ces périodes électorales) pour avoir plus de poids et se concentrer sur les violences subies par ces femmes, qui doivent cesser et être jugées au plus vite! Et nous souhaitions justement ne pas prendre de positions sur le rôle des FARDC pour éviter de donner une teinte "anti-kabiliste" à notre action, alors que nombre de participant-e-s du Collectif ne partagent pas cette position. Cependant, il nous paraissait essentiel, puisque l'on traite de la situation de la RDC, de travailler conjointement avec les organisations qui militent pour la cause des femmes de RDC, qu'elles soient implantées en RDC ou en Belgique, et ce quelles que soient leurs origines.

Si vous voulez plus d'informations sur les responsabilités et réalités des sévices faits aux femmes en RDC, je vous conseille notamment les articles du CADTM sur le Congo (estimant que le "noeud" du conflit est avant tout une question d'intérêts et en particulier, pour les immenses ressources minières et énergétiques du Congo) et le dossier fait par Vie Féminine sur les Violences sexuelles faites aux femmes en RDC (que j'ai co-écris et qui vous permettra de voir que ma position n'est pas nécessairement celle mise en valeur par le Collectif, même si j'y suis active).

L'objectif de ce collectif Tous Ensemble pour la cause des femmes en RDC est de donner une visibilité à ces injustices et de mettre fin au silence qui tue! Et c'est bien cette position qui doit nous rassembler ce dimanche, et ce malgré nos divergences sur les causes et responsables de ces violences.

Je reste à votre disposition si vous souhaitez plus d'informations sur ma position ou sur la marche et j'espère avoir le plaisir de vous rencontrer à cette occasion pour échanger!
Bien à vous,

Audrey, CADTM

Écrit par : audrey | 08/03/2009

Le 4 mars 2009, je répondis:

Je viendrai à votre manifestation mais j'aurais voulu que les auteurs des sévices soient dénoncés. Pour moi ce sont les FDLR (donc depuis fin 1994) et les FARDC car troupes armées mal payées et étrangères à la région. Les troupes armées locales protègent généralement mieux les populations mais elles sont en guerre et en guerre on ne distingue pas comme les occidentaux et occidentalisés les civils des militaires.
Quant aux soldats enfants il faut relativiser quand on a l'âge de se marier on est adulte (traditionnellement 14/15 ans pour les garçons) 11/12 ans pour les filles); de plus quand la collectivité est en guerre tous doivent apporter leur concours donc également les enfants.. Je vous invite à consuler mon site et à midre ce que vous pensez de mes idées non conformistes: http://anneetjacquesmarcel.blogs.lalibre.be/.
Bien vôtre.

Écrit par : anneet jacques | 08/03/2009

Le 7 mars 2009 je reçus la réponse suivante du CADTM:

Bonjour Monsieur,
Merci pour votre réponse et pour l'adresse de votre blog; je l'ai lu avec attention et intérêt, et mon seul regret est que vous ne développiez pas plus vos analyses et conclusions, si je peux me permettre!

Concernant ma position sur les auteurs des sévices, cela sort du cadre de mon travail au CADTM et de ma participation au Collectif Tous Ensemble pour la cause des femmes au Congo, donc la réponse que je vais vous faire est une réponse toute personnelle et qui n'engage que moi.
Ceci dit tout d'abord, concernant la manifestation, il est clair que le consensus s'est fait autour du besoin urgent de porter sur la scène publique des sévices dont les médias ne devraient pas taire la réalité comme ils le font largement et il est indéniable que la question de l'impunité est au centre du débat. Maintenant, il était difficile d'arriver à un consensus avant cette date du 8 mars, étant donné la diversité des organisations présentes, sur les auteurs et les mesures à prendre. J'espère cependant que le Collectif Tous Ensemble pour la cause des femmes en RDC arrivera à aller plus loin dans sa réflexion et sa prise de position pour demander au gouvernement belge et aux instances européennes des réactions de façon plus claire.

Sur la question des auteurs, il me semble fondamental de creuser plus loin : pour arriver à comprendre qui sont les auteurs de ces violences, il me paraît indispensable de réfléchir aux raisons mêmes de ce conflit, qui sont à mon humble avis d'ordre géo-politique, se nouant autour de la question des immenses ressources minières et naturelles dont dispose cette région du globe, ce "scandale géologique".

Enfin, sur la question des enfants soldats, je pense que le problème se pose en des termes différents de ceux que vous employez. En effet, à mon avis, il ne s'agit pas de discuter de la légitimité ou non de la participation des enfants à un effort de guerre ou même de la question de l'âge (malgré tout, quand on parle d'enfants soldats ils sont généralement plus jeunes que cela), puisqu'ici il ne s'agit pas d'une participation ou d'un enrôlement volontaire pour le bien de la communauté, mais bien d'enrôlement forcé (soit par la pression de l'argent, par la propagande et principalement par des raids d'enrôlement forcés menés par les factions armées). Au delà de la violence qu'impliquent ces pratiques hautement condamnables, la question des enfants soldats pose un problème beaucoup plus grave : celui de l'avenir d'une population. Comment en effet reconstruire la paix dans un pays alors que la jeune génération a été physiquement et psychologiquement mutilée et privée d'éducation autre que celle de la violence et de la guerre?

Voilà, j'espère que je ne vous ai pas noyé sous la lecture et qu'il vous restera beaucoup d'énergie pour la marche de dimanche!
Bien à vous,
Audrey

Écrit par : audrey | 08/03/2009

Le 7 mars 2009, je répondis immédiatement:

Merci pour vos considérations et je verrai demain si mes craintes d'une récupération de la manifestation par la diaspora congolaise à des fins politiques contre le président Kabila sont fondées ou pas.
Quant aux enfants soldats je veux d'abord vous rappelez qu'en Belgique au temps du service militaire l'enrôlement n'était pas volontaire mais également forcé. Quant aux rapts d'enfants en vue de leur incorporation dans des bandes armées est le fait de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA pour Lord's Resistance Army) dans le nord-est du Congo.
Bien vôtre.

Écrit par : anneet jacques | 08/03/2009

Enfin ce 8 mars 2009, après la marche:

J'ai assisté à la manifestation et suis très content d'avoir pu constater que mes craintes d'une récupération de celle-ci par la diaspora congolaise à des fins politiques contre le président Kabila ne se sont pas avérées exactes. Le mot d'ordre de la part du collectif d'éviter toute manifestation politique fut très bien suivi. Les slogans les plus affichés furent: stop à la guerre, aux violences sexuelles faites aux femmes, à l'impunité, au pillage des resssources naturelles, au trafic d'armes et oui à la paix, à la justice et à l'unité.

Écrit par : anneet jacques | 08/03/2009

Monsieur,
Nous vous remercions pour votre soutien à la manifestation pacifique de ce 8 mars "Tous ensemble pour la cause des femmes en RD Congo"
De nombreux messages de soutien, (et le vôtre) sont publiés sur le site www.ceafri.org
Bonne semaine,
Avec mes salutations,
Pour le CEAF&RI,
Albertine Tshibilondi

Écrit par : albertine tshibilondi | 09/03/2009

J'avais reçu votre réaction sur le Journal de la Diaspora Congolaise que vous critiquez en l'identifiant comme Journal de l'opposition congolaise pour la seule et simple raison que nous avons reçu un message de félicitation d'un membre de l'Apareco(que je ne connais pas par ailleurs). Je ne voudrais m'attarder sur la simplicité d'une telle conclusion mais voudrais simplement vous indiquer que notre volonté est de dire la vérité, de dénoncer tout ce qui entâve la libération du Congo, que cela vienne du pouvoir ou de l'opposition.
Cependant, je ne peux m'empêcher de m'interroger sur vos liens avec le pouvoir de Kinshasa quand je vois le souci qui vous anime dans votre échange avec Audrey sur la manifestation "Tous ensemble pour la cause de la femme". Votre seule préoccupation est que Kabila ne soit pas cité. On comprends aussi qui vous êtes, lorsque, parlant des coupables des sévices à l'Est, vous citez les FARDC tout en ignorant qu'elles sont sous le commandement d'un chef suprême, de même que les rwandais et ougandais qui ont occupé le Congo pendant plusieurs années n'apparaissent pas dans votre identification des coupables. Dois je aussi conclure que vous êtes d'un côté qui n'est pas celui du peuple congolais? Je vous rappelle aussi que parlant des frontières, vous estimiez que cela n'avait aucun mal si elles sont revues car imposées par les étrangers...Je peux aussi me permettre une conclusion sur vous.

Écrit par : Fabien | 12/03/2009

1°) Vous n'avez pas bien lu mon commentaire sur le "Journal de la Diaspora congolaise". Le message de félicitation de l'Apareco au moment même du lancement de journal n'est qu'un élément aussi pour tous ceux qui ont lu votre commentaire de ce 12 mars 2009 à propos de la manifestation "Tous ensemble pour la cause des femmes en RDC" je me vois obligé de reprendre toute ma critique à l'égard du "Journal de la Diaspora congolaise".

Je vous suggère de changer votre intitulé en Journal de l'opposition congolaise. Vous semblez rassembler l'Apareco, le MLC, l'UDPS et quelques autres. (L'Apareco vous a adressé un commentaire très élogieux le 10 février 2009 jour même du lancement de votre ,journal).

Aussi je veux vous rappeler quelques vérités et faits.

- La Constitution a opté pour un régime semi-présidentiel dans un État unitaire fortement décentralisé et a été approuvée à plus de 84 % par référendum le 18 décembre 2005.

- "Le Congo-Kinshasa compte quelques 250 ethnies qui peuvent être réparties en plusieurs groupes. Le premier groupe est formé par les peuples bantous (env. 80 % de la population) dont les principales ethnies sont les Luba (18 %), les Mongo (17 %), les Kongo (12 %) et les Rwandais hutus et tutsis (10 %); les autres ethnies bantoues sont les Lunda, les Tchokwé, les Tetela, les Bangala, les Shi, les Nande, les Hunde, les Nyanga, les Tembo et les Bembe. Les ethnies non bantoues se répartissent entre les Soudanais (Ngbandi, Ngbaka, Mbanja, Moru-Mangbetu et Zande), les Nilotiques (Alur, Lugbara et Logo), les Chamites (Hima) et les Pygmées (Mbuti, Twa, Baka, Babinga). Les Nilotiques et les Chamites, qui ont jadis quitté la vallée du Nil, ont été confrontés aux migrations bantoues, mais ont dû peu à peu laisser la place."
(http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/afrique/czaire.htm )

- Les Rwandais sont à nouveau au Congo et il le faut bien car les FARDC sont incapables de remplir leur rôle: mettre hors d'état de nuire les FDLR. C'est exactement la même chose dans la Province Orientale où les forces armées ougandaises sont bien obligées de remplacer les FARDC dans la lutte contre la LRA; mais de cette dernière rébellion on parle fort peu; bien évidemment elle concerne d'abord l'Ouganda mais elle s'attaque aux populations civiles congolaises de Faradje et de Dungu. L'Armée de résistance du Seigneur (LRA pour Lord's Resistance Army) est un mouvement en rébellion contre le gouvernement de l' Ouganda, créé en 1988, deux ans après le déclenchement de la Guerre civile ougandaise. La LRA, dont le chef est Joseph Kony, entend renverser le président ougandais, Yoweri Museveni, pour mettre en place un régime basé sur les Dix Commandements de la Bible.
N’en déplaise aux amis des hutus génocidaires et aux nationaux qui se soucient fort peu des victimes du Haut-Uélé, Kabila doit prolonger la présence des Rwandais comme celle des formes armées ougandaises puisque les FDLR comme les rebelles ougandais sont toujours là.

- Concernant Kabila j'aime cependant rappeler qu'il doit sa victoire au 2ème tour de l'élection présidentielle à son alliance avec le Palu qui reste le parti lumumbiste nationaliste le plus structuré et proche de la population. Sans doute certains peuvent rétorquer que c'était une alliance stratégique pour Kabila et du moindre mal pour le Palu.

- Lors de la manifestation pour le Congo organisée à Bruxelles samedi 31 janvier 2009 au départ de la Gare du Nord, j'ai constaté que voilà des congolais, partisans de Jean-Pierre Bemba, volaient au secours des hutus donc des FDLR qu'un accord entre Kinshasa et Kigali a pour but de mettre hors d'état de nuire.

- Les frontières héritées de la colonisation sont le fait des envahisseurs étrangers et non de la volonté des peuples qui composent le pays. Pourquoi ne pourraient-elles pas être revues?

- Manifester dans un pays étranger contre une autorité locale relève de l'ingérence et de l'inconvenance.

2°) Je vous assure que je n'ai aucun lien avec le pouvoir à Kinshasa. J'zai clairement exprimé mon intérêt pour le Congo dans le compte-rendu "Le peuple congolais réclame justice, paix et prospérité - Manifestation du 17 janvier 2009 devant le siège du MR à Bruxelles".

3°) Concernant les frontières j'ai dit et confirme que les frontières héritées de la colonisation sont le fait des envahisseurs étrangers et non de la volonté des peuples qui composent le pays. Pourquoi ne pourraient-elles pas être revues?

Écrit par : anneet jacques | 12/03/2009

Les commentaires sont fermés.