Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/05/2009

Orphelins en Afrique noire et spécialement au Congo

Je doute de la présence d'orphelins en Afrique noire.  Rappelez-vous :'"L'Arche de Zoé" dont les 6 Français condamnés par la Cour criminelle de N'Djamena et purgeant leur peine de prison en France après confirmation de leur condamnation par la justice française. Le Tchad demande aujourd'hui  à la France de payer les 6,3 millions d'euros de dommages et intérêts aux familles des 103 enfants. Pour moi ces Français étaient très mal informés ou faisaient mine de n'en rien savoir car fondamentalement pour moi il n'y a pas d'orphelins en Afrique noire. La famille n' y est jamais limité aux parents et grands parents. Tout africain appartient toujours au clan familial. Le drame peut parfois provenir  chez des femmes (amantes) abusées par des  hommes étrangers dans les régions où les familles sont essentiellement patrilinéaires. Si vous devez mieux connaître le sujet que moi j'accepterai volontiers vos remarques. 
Sur le site internet "orphelinats de lodja et de lubefu", on parle même de 2 orphelinats dans le même diocèse si je ne me trompe pas, le diocèse de Tshumbe, au Sankuru, Kasaï oriental; où les populations sont patrilocales et patrilinéaires. Les parents immédiats au sens occidental du terme peuvent être décédés mais quiconque appartient toujours à un clan. Bien entendu la région a pu être troublée par des envahisseurs étrangers à la région et semés des enfants parmi les filles de la région et donc produits des enfants sans père et par conséquent sans famille ou clan. Mais d'après ce que je sais il existe ou tout au moins existait une législation au Congo pouvant par tout élément de preuve obliger les pères à reconnaître leurs enfants naturels. Je suis né en 1933, j'ai connu la période coloniale et suis resté au Congo jusqu'en juillet 1990.
J'ai connu au début de ma carrière au Congo en 1959 un brave père missionnaire qui s'occupait des enfants de filles mères qui de plus étaient des enfants métis j'ai eu plusieurs entretiens avec ce brave homme et l'ai encouragé à rechercher les pères mais il me tenait ce raisonnement, oui je veux bien rechercher les pères célibataires mais non les pères mariés ou ceux que leur état empêcheraient de pouvoir reconnaître leurs enfants. Il ne nous appartient pas de détruire les structures familiales traditionnelles mais au contraire de les encourager mais je crains fort que l'Eglise soit remplie d'incirconcis sur le plan culturel comme le disait si bien  Mgr Kileshye, secrétaire  de la Commission épiscopale pour le développement lors du 3ème Séminaire national "Eglise et développement"(Kinshasa 15/22 novembre 1981).
Généralement en milieu traditionnel la question des filles-mères ne se pose même pas. Dans les grandes villes  il  a sans doute une déstructuration de la société mais il ne nous appartient pas à nous étrangers ou africains trop occidentalisés de favoriser cette évolution et au contraire de raviver les valeurs traditionnelles.

Commentaires

Monsieur, je m'inscris en faux par rapport a votre article. Vous avez vecu au Congo jusqu'en 1990,debut de la vraie descente aux enfers de ce peuple. Deux choses: j'ignore dans quelle partie du Congo vous avez vecu et puis,quels milieux frequentiez-vous. Car,au Congo-kinshasa comme au Bresil et Ndjamena il existe bel et bien des orphelins. Dire qu'il y a toujours un parent derriere un enfant,c'est meconnaitre la realite de la societe Africaine,en l'occurence Congolaise.
Au Congo,il y a un maxime qui dit,"l'enfant qui est dans le ventre de sa mere lui appartient mais a sa naissance,il appartient a la communaute". De nos jours, je puis vous dire que ce maxime a perdu sa raision d'etre car la societe Africaine, du moins dans les grandes villes s'est "occidentalisee". Il y a le chacun pour soi. De facto, un enfant qui perd un ou deux parents est bien orphelin!
Restons au Congo, il y a des enfants de la rue, autrement appeles "Shegues",un phenomene qui s'aggrave au jour le jour. La plupart de ces enfants,sont orphelins de l'un ou deux parents. La pauvrete etant ce qu'elle est au Congo actuellement, le membre de la famille qui accepte d'elever,l'enfant (neveu ou niece)ne le fait que pour un laps de temps. Apres,surgit les mensonges de toute sorte (p.ex.sorcellerie, vol...). L'Eglise catholique,que les Kinois appellent "Maison mere" allusion aux eglises de reveil qui en sont nees poussent comme des champignons en sait quelque chose. Seulement, elle semble etre debordee et moins entendue par les politiques.
Oui,il existe bel et bien des orphelins en Afrique noire, le Congo n'en fait pas exception,la misere et le HIV/SIDA en sont pour quelque chose.

Écrit par : BDK from Canada | 21/05/2009

Envoyé au Congo en janvier 1959 par le Cemubac pour y étudier la question démographique de l'ethnie zande j'ai été amené à séjourner dans de nombreux villages du nord-est du Congo. En 1963 avant de me marier j'ai vécu au village de ma future épouse au Kasai oriental tout en habitant au village voisin. J'ai fréquenté les ressortissants africains en Belgique avant même de me rendre au Congo de la fin de mes études en 1956 spécialement les milieux de Présence africaine. J'ose affirmer que je connais aussi bien que de nombreux intellectuels congolais leurs milieux traditionnels car y ayant séjourné. Je vous remercie néanmoins de votre commentaire mais reste persuadé qu'il ne nous appartient pas de déstructurer la société congolaise en pleine évolution et occidentalisation principalement dans les grandes villes mais au contraire de raviver les valeurs traditionnelles.

Écrit par : anneet jacques | 21/05/2009

Orphelins ou pas, tradition ou pas, le problème doit se résoudre sur place...

Écrit par : Corinne | 21/05/2009

Les commentaires sont fermés.