Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/06/2009

FARDC

Non les FARDC ne sont pas des forces locales de protection. Elles sont aussi généralement des forces étrangères à la région où elles opèrent. De plus elles n'ont pour objectif que d'asseoir le pouvoir de l'Etat et non la défense des populations locales. Elles sont l'héritière de l'armée coloniale. Elles usent et abusent habituellement de la force et de la violence au lieu d'agir par persuasion et collaboration. Et pourtant faisant fi des véritables intérêts des populations les Etats-Unis, la Belgique et la France veulent coopérer à la réorganisation de l'armée nationale congolaise.
La mission des FARDC est toute théorique dans la réalité d'aujourd'hui due à la non-gérance, voilà pourquoi je préconise des forces locales tout comme en Europe après la défaite de Napoléon en 1815 quand les bourgeois des villes armèrent des gardes civiques pour se protéger des bandes armées de la déroute impériale.

Commentaires

FARDC, une armée bicéphale
Goma le 28 juin 2009

Lorsqu’ en 2003, à l’issue de l’accord politique global signé en Afrique mettant fin à la guerre entre les Forces Armées Congolaises et les forces du MLC et du RCD, la Commuté Internationale par l’entremise des pays partenaires du Congo comme la France et la Belgique se mirent à former les militaires congolais, l’espoir renaissait pour ainsi voir le Congo se doter d’une armée républicaine au service de la population.

Les Brigades réunifiées et intégrées formées par les Belges, les Français et la MONUC étaient appelées à constituer le premier noyau de la nouvelle armée nationale dont les éléments seraient bien disciplinés et bien formés. Ces brigades avaient entre autre mission de combattre aux cotés de la MONUC pour restaurer l’autorité de l’Etat en chassant les forces négatives étrangères du territoire congolais. En lieu et place de les combattre, les FARDC les ont intégré et ou utilisé comme forces supplétives lorsqu’elles avaient engagé des combats contre les forces du CNDP très aguerries et disciplinées. Les unités de première ligne des FARDC se composent de militaires mal entraînés dépourvus de tout: sans minutions suffisantes, ni armes, ni uniforme, ni aliments, ni fournitures médicales et, par-dessus tout, ni leadership et donc ni moral. Les conditions de vie abominables de ces soldats est a la base de ses mauvaises prestations et des désertions en masse qu’on observe ces derniers temps.

Les officiers - généraux, colonels, majors et capitaines – de la nouvelle armée excellent dans l’art de paraître. Ils se sont lancés dans les affaires, surtout le commerce et le trafic de cassitérite, de l’or, de bois avec les forces génocidaires rwandais qu’ils étaient censé combattre. Ils sont parfois associés aux officiers de la MONUC. Les officiers ne se soucient guerre de l’encadrement de leurs effectifs, de leurs conditions de vie et de leurs véritables capacités au combat. Ils détournent sans vergogne tout ce qui est destiné aux hommes des troupes.

Parallèlement à cette armée des soudards, il y a la Garde présidentielle qui elle est modernisée avec des officiers ayant bénéficiés des meilleurs formations à l’étranger, dans les meilleures académies militaires ou ayant effectués des stages en France, en Belgique, aux États-Unis, en Angleterre, en Israël, etc. Cette garde présidentielle est dotée d’un important investissement humain, d’un support logistique sans pareille. Les militaires possèdent beaucoup de véhicules, des grands camions de transport des troupes aux jeeps de commandement. Il s’agit vraiment d’une armée prête au combat, celui de défendre le jeune rais qui doit encore rester au pourvoir le plus longtemps possible qu’importe que la population soit déjà exterminée par les FDLR par manque de défense.


Comme on le voit les, FARDC constituent est une armée bicéphale dans laquelle la politique de deux poids, deux mesures est de mise : tous les avantages vont aux unités de la GSSP, les autres devant se contenter des miettes. L’unité la plus lotie étant naturellement la Garde Spéciale de Sécurité Présidentielle, GSSP, que Kabila a soigneusement équipé pour sa sécurité personnelle. La GSSP est une armée dans l’armée ou mieux une milice dans une bande des soudards. La mieux pourvue et la mieux équipée, elle est aussi la plus agressive, prompte à réprimer toute action contre le régime. Les populations de Goma en font l’expérience. Plus personne n’a le droit de se promener avec un bon téléphone. Le manque d’argent lors d’une interpellation constitue une infraction. Les mères et les vieux hommes sont tabassés sans pitié par des jeunes gens qui n’ont pas appris le sens du respect des grandes personnes.

Kabila sait désorganiser ses forces armées. Il redoute un danger provenant d’une armée constituée des soldats d’ethnies différentes. Tous les militaires ont été évacués de la ville de Goma, éloignés loin pour ne pas assassiner le jeune Raïs et ses hôtes qui seront dans la ville pour célébrer la fête de l’indépendance. Si lui n’a pas confiance en ses militaires qui par ailleurs sèment la désolation au sein de la population, pourquoi ne pas tout simplement dissoudre cette armée et se mettre sous le protectorat de l’ONU ?

Mobutu un jour avait dit : « Le peuple compte sur l’armée pour que règnent la paix, la sécurité, l’unité et la fraternité en vue de la reconstruction du pays ».

Écrit par : Kanyamagare B. | 29/06/2009

RD Congo / Goma
Réaction des FARDC aux accusations de Human Rights Watch

Nord-Kivu, 03 Juillet 2009

Source: Radio Okapi

Les FARDC trouvent abusif de généraliser des cas isolés constatés au sein des FARDC, alors qu'il y a aussi des efforts observables au sein de cette armée qui se construit. Le colonel Kasonga, porte-parole des forces armées et responsable de la presse militaire l'a déclaré à Goma ce vendredi à radiookapi.net

Il réagissait ainsi au récent rapport de l'ONG Human Rights Watch (HRW), selon lequel les FARDC portent atteinte aux droits de l'homme. Pour le colonel Kasonga, l'armée congolaise fait des efforts énormes en termes de protection de droit de l'homme et protection des populations pendant les opérations militaires contre les combattants hutus rwandais, les FDLR. Il ajoute: « Le chef de l'Etat, en tant que commandant suprême, a décrété la tolérance zéro au sein des forces armées. Ça veut dire que désormais, et cela depuis le 4 juin de cette année, tout militaire coupable des actes répréhensibles aussi bien en terme de vols, de viols, de violation des droits de l'homme ou de non protection de la population dans l'exercice de ses fonctions, quel que soit son rang, devra non seulement être arrêté mais interpellé et jugé par la justice militaire. Il ne faudrait pas généraliser et dire : les forces armées de la République sont en train de violer les droits de l'homme, de violer les femmes… Et au bout de l'enquête (de HRW), on a trouvé qu'il y a plus commission d'actes répréhensibles maintenant par l'Armée que par le passé ! »

Point de vue de la Monuc

Réagissant au rapport de HRW, le porte-parole de la Monuc, Madnodje Mounoubai, a déclaré: « Premièrement, la Monuc partage entièrement les inquiétudes de HRW. Nous sommes conscients de cette situation. Comme HRW l'a très bien dit, ce sont les éléments de FDLR qui sont responsables de ces abus sur la population civile. Et c'est justement pourquoi, la Monuc est en train d'appuyer les FARDC pour mettre hors d'état de nuire les FDLR. On parle (dans ce rapport de HRW) de militaires des FARDC. Ce n'est pas toute l'armée congolaise qui doit être sur le ban des accusés, parce qu'il y a certains éléments qui ont des comportements irresponsables. Et justement, en travaillant avec les FARDC, cela nous permet de faire ces observations afin de prendre des actions correctrices nécessaires. Nous devons être sur le terrain, soutenir les FARDC. C'est la seule façon de ramener la paix et la quiétude à l'Est de la République démocratique du Congo ».

Copyright Radio Okapi

Écrit par : Radio Okapi | 03/07/2009

les congolais n'ont pas une armée . ils n'ont que des assassins. ce honteux pour joseph et ses diablotins . kunda t'a beaucoup humilié en pleurant toujours , ils sont derriere le roi des tutsi kagamé. meme pas un village récuperé.

Écrit par : tsangu | 09/07/2009

Les commentaires sont fermés.