Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/08/2009

Pourquoi ignorer sa langue maternelle?

La base de la culture est la langue. Aussi je me demande pourquoi la langue de l'enseignement au Congo doit être le français dès la 1ère primaire. Il serait préférable d'apprendre à lire et à écrire dans la langue maternelle. Bien sûr à Kinshasa la langue de tous et de la rue est le lingala mais pour certains, les kongos et les lubas, à la maison on parle kikongo ou tshiluba. Et en conséquence il faut y conserver les véritables langues maternelles. Je sais au temps colonial on avait malheureusement développé 4 langues nationales véhiculaires mais quel sens cela avait-il d'imposer le tshiluba aux tetelas ou aux songés ou pire encore le lingala aux mangbetus et aux zandés (ces 2 derniers peuples ont leurs langues qui sont soudanaises).

Commentaires

Les légendes sont ténaces. Les congolais en général parlent la langue dominante du lieu de leur séjour au Congo. Tous les baluba que j'ai pu cotoyer dans ma vie ont toujours parlé soit le swahili parce qu'ils ont vécu au Katanga tout en se disant katangais ou le lingala quand ils ont Kinshasa comme point d'attache. D'ailleurs ceux qui ont vécu au Bas-congo parlaient le kikongo ou le kikongo ya leta.
Il est vrai que les couples traditionnels parlent beaucoup dans sa langue d'origine surtout s'il veulent un peu de discretion mais l'exemple cité ci-haut est tout à fait valable.
Je ne vois pas ca qu'il y a d'illogique dans le fait qu'un mutetela parle la langue de la métropole de sa province en l'occurence Luluabourg ou Kananga. Les africains en général sont polyglotes,ils parlent tous au moins deux langues. Il et habituel que l'on connaisse comme sa propre langue la langue du voisin immédiat.
Un musonge qui parle le tshiluba s'exprime dans une variante de sa propre langue qui est d'ailleurs considéré comme une des langues mère du tshiluba de deux kasai confondus.
Quand au lingala parlé par les zandé et les mangbetu,vous êtes dans l'erreur. Le lingala est une langue qui nous vient à l'état fossile de la région aujourd'hui soudano-congolaise. Sur toute la frontière du Soudan et le Congo de part et d'autre on parle le lingala que les kinois qualifient de lingala des soldats ou lingala ya makasi. La carte linguistique de la RD Congo le montre très bien.
Vous savez le jour où l'on va revoir les considérations ethnologiques sur le sud Soudan on finira par reconnaitre que les soudanais du sud sont tout simplement de la même race que nous et qu'il est farfelu de leur appliquer l'épithète de soudanais sauf pour leur appliquer la ntrionalité du territoire qui les vu naître. Comprenez vous qu'il y ait des bantou à la frontière de l'éthiopie et du Kenya et de la somalie et du Kenya et qu'au nord de la RD Congo les mêmes noirs se transforment en soudanais. Personnellement je pense que ce sont des bantou comme nous.
Les Mangbetu portent des noms typiquement bantou.
La langue,dans une république congolaise qui en compte 250 sur un total de 650 ethnies pourrait former une tour de babel si l'on se met à nous quereler sur ccelle à privilégier. Les pays puissant économiquement ont tous l'anglais comme langue de communication internationale. Les chinois eux même anglicisent leur prénom pour permettre aux autres de ne pas avoir trop de problème de prononciation et à eux d'acceder à la communication avec le monde entier. J'ai toujours été surpris que les basakata ecrivent leur correspondance en lingala.
Sujet interessant,on y reviendra.

Écrit par : bony | 23/10/2009

Mon seul but était de préserver la richesse des multiples langues du pays et voilà pourquoi je préconise l'apprentissage de la lecture et de l'écriture dans la véritable langue maternelle comme j'ai pu le constater en 1961 en Uganda. D'autres spécialistes mieux formés que moi qui ne suis que sociologue vous répondront sur le bien-fondé de mes remarques. Bien vôtre.

Écrit par : anneet | 23/10/2009

Les commentaires sont fermés.