Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/09/2009

A quand une Belgique laïque?

Le voile ou non des femmes musulmanes à l'école et dans toutes les administrations publiques n'est qu'une péripétie d'une question plus générale. La Belgique n'est pas un Etat laïque car en Belgique la séparation des églises et de l'Etat n'est pas totale. La Belgique reconnaît plusieurs religions et les cultes reconnus sont subsidiés par l'Etat. Certaines cérémonies protocolaires ont un caractère religieux. Les cours de religion sont organisés par les églises et inscrits au programme scolaire, ils sont donc pris en charge par l'Etat. La Belgique se dit neutre sur le plan religieux car elle ne privilégie pas une ou plusieurs religions mais ce n'est pas tout à fait exact: le nonce apostolique a le premier rang parmi le corps diplomatique, et il n'a pas bien longtemps des crucifix figuraient dans les salles d'audience des tribunaux. Un Etat laïque considère le fait religieux comme un élément de la vie privée. Les églises ne sont pas interdites mais sont bannies de l'espace public et ne sont donc pas subsidiées. C'est le cas en France.

16:44 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Bonjour,

J’aimerais partager quelques réflexions avec vous à propos du port du voile.

Le port du voile n’est pas imposé par le Coran et d’ailleurs, des pays très musulmans comme la Turquie interdisent le port du voile.

Le message véhiculé par le port du voile est soit un rejet de la culture belge/européenne ou la volonté de s’en démarquer, soit que tous les hommes sont des pervers, soit que celles qui ne le portent pas sont des putes, soit l’expression de son adhésion aux théories de l’extrême-droite islamiste. Ces messages sont inacceptables.

Certaines filles ou femmes, voire fillettes, sont contraintes de porter le voile, qui est en outre le signe extérieur d’une philosophie de vie qui interdit aux jeunes filles et femmes d’être soignées par un homme, de suivre des cours de gym, de natation ou de biologie et qui promeut le créationnisme. On sait également que l’étape suivante risque d’être la généralisation de la burqa, dans une course effrénée pour être « la meilleure musulmane ».

Enfin, la tradition ancestrale de notre société a toujours été d’ôter son couvre-chef à l’école.

Dès lors, comment peut-on s’opposer à l’interdiction du port du voile hors de la sphère privée et qualifier d’islamophobes et de racistes ceux qui défendent ce point de vue ?

A une époque où ceux qui se prononcent pour le port voile au nom de la liberté de religion font feu de tout bois pour s’opposer aux autres religions, il y a de quoi se poser des questions ...

La réponse ne résiderait-elle pas simplement dans le poids acquis par la communauté musulmane et la crainte qu’elle engendre dans les milieux politiques ?

Une dernière question se pose, sans aucun caractère xénophobe : est-ce à la société belge à s’adapter à une nouvelle culture qui tente de s’imposer, ou est-ce à cette dernière de s’adapter à la culture belge, qui est le fruit d'un long processus d’émancipation de la personne humaine ?

L’obligation de porter le voile n’existe pas et est un mythe. Et quand on connaît le message qu’il véhicule ...

Si, comme elle le prétend, la communauté musulmane belge n'est pas extrémiste, elle doit pouvoir accepter que les musulmanes enlèvent leur voile en certains lieux. Laisser leur voile dans un vestiaire à l’entrée de l’école, comme on retire son manteau, n'empêchera pas ces filles et femmes d’être de bonnes croyantes et pratiquantes.

Écrit par : Ludovic Pierard | 22/09/2009

Je vous rappelle qu'il n'y a pas si longtemps les religieuses catholiques portaient le voile en Belgique; quand j'étais en 1ère année primaire je m'amusais avec mon frère et mes camarades à essayer de connaître la couleur des cheveux de notre institutrice. Mais le temps est passé et la Belgique est en marche vers la laïcité mais n'y est pas encore. Le jour où elle le sera nos discussions d'aujourd'hui sur le voile deviendront aberrantes et archaïques.

Écrit par : anneet | 22/09/2009

Réformes urgentes :
1) Suppression de la dotation aux cultes. Qu'ils se financent avec les dons de leurs fidèles !
2) Suppression des cours de religion et utilisation de la plage horaire pour des cours de philosophie.
3) Révision complète des listes protocolaires pour supprimer les aberrations qui y susbistent.
4) Elimination de tout caractère religieux dans les cérémonies et célébrations officielles.
5) Interdiction du port de symboles religieux ou politiques dans l'exercice d'une fonction publique ou de toute activité financée au moins partiellement par les pouvoirs publics. Cela inclut donc la SNCB, les TEC, la Poste, l'enseignement, l'administration communale...
6) La possibilité pour quiconque de se faire rayer des registres de baptêmes ou autres registres religieux (actuellement, c'est possible mais difficile!).

Je peux admettre deux concessions :
- Un impôt philosophiquement dédié, mais à condition d'y inclure des ONG genre Amnesty, WWF, Handicap International... Ou des associations reconnues d'utilité publique ou patrimoniale (PO d'école, société folklorique, troupe de théâtre en wallon, groupe musical...).
- La possibilité pour les pouvoirs publics de subvenir à l'entretient de certains lieux de cultes représentant un patrimoine à protéger. Mais alors, ils acquièrent un droit de regard dans la gestion dudit patrimoine.

Alors, et alors seulement, nous pourrons vivre sereinement dans un état où la religion sera confinée à la sphère privée.

Écrit par : Le Sanglier | 24/01/2010

Je remercie le Sanglier pour son commentaire et j'y souscris très largement.

Écrit par : anneet | 25/01/2010

Les commentaires sont fermés.