Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/09/2010

Que Bruxelles rejoigne la Flandre

Copie de la lettre adressée à M. Bart DE WEVER, président de la N-VA, le 5 novembre 2007.

Je m'excuse de vous écrire en français mais je suis francophone appartenant à une famille établie à Bruxelles ou dans ses faubourgs immédiats depuis au moins 200 ans tant du côte paternel que maternel et si mes aïeux ont pratiqué le français, c'est parce qu' ayant "réussi" socialement et devenus bourgeois, ils ne voulaient plus parler la langue du peuple.
Les réserves exprimées ce jour par certains politiques francophones à votre égard me révoltent et je tiens à m'en désolidariser totalement.
C'est par la lecture de La Libre Belgique du 30 octobre dernier que j'ai appris que vous teniez à vous désolidariser du message de Patrick Janssens au Forum des organisations juives. J'y avais spécialement apprécié que vous ayez rappelé que "l'on ne doit pas perdre de vue la situation des territoires palestiniens occupés". Je vous remercie pour ce dernier point de vue et j'espère que vous ne l'avez pas minimisé lors de votre rencontre du même 10 octobre avec les responsables de la communauté juive d'Anvers.
Je profite de l'occasion pour vous adresser mes réflexions sur BHV et Bruxelles.
L'arrondissement  Bruxelles-Hal-Vilvorde ne doit pas être scindé mais tout entier faire partie de la Flandre.
Bruxelles doit être la capitale de la Flandre.
Bruxelles, ville essentiellement multiculturelle, peut très bien demain être le coeur de la nation flamande. C'est le souhait le plus clair du nationalisme flamand.
N'oublions pas qu'en 1917 le général von Bissing, gouverneur général de la Belgique occupée, signait un arrêté instituant deux régions administratives dont l'une comprenait les provinces flamandes ainsi que les arrondissements de Bruxelles et de Louvain, l'autre les provinces francophones ainsi que l'arrondissement de Nivelles. La première région sera dirigée depuis Bruxelles, la seconde depuis Namur. N'était-ce pas prémonitoire?
Encore un peu d'histoire: les peintures de la salle des mariages de l'hôtel de ville de Bruxelles datent de 1881 et portent des inscriptions flamandes.
Et pour la prospective: dans 15 ans la langue la plus parlée à Bruxelles sera l'arabe; ceux qui en doutent n'ont qu'à  dénombrer les enfants fréquentant les écoles bruxelloises.
Que nos hommes et femmes politiques francophones cessent de dire que sur le plan communautaire les francophones sont demandeurs de rien; ceci est faux et tout le monde en convient.
Que souhaitent en effet les francophones et non seulement ceux de Bruxelles et de la périphérie mais ceux de tout le pays si ce n'est: élire leurs parlementaires sur des listes francophones, être jugés dans leur langue, envoyer leurs enfants dans des écoles francophones, ouvrir des centres culturels francophones, obtenir tous les papiers administratifs dans leur langue, etc...
Soyons réalistes et pensons à tous les francophones de Flandre. Pourquoi Bruxelles ne pourrait-elle pas faire partie de la Flandre en contrepartie de l'obtention des facilités élargies pour tous les francophones de Flandre? A charge bien entendu pour la Wallonie de faire de même pour les minorités néerlandophones et autres!
Si la cession de Bruxelles à la Flandre peut apparaître comme une victoire des partis flamands, elle pourrait aussi être une garantie des "concessions" accordées par la Flandre dans la droite ligne des du respect des minorités. J'espère que nos politiques agiront en ce sens avant qu'il ne soit trop tard. Pourquoi ce qui est possible à Miami et à Los Angeles pour les latinos de langue espagnole ne le serait-il pas à Gand ou à Anvers pour les francophones?
En conséquence de ce qui précède l'exécutif et le parlement bruxellois seraient supprimés ainsi que ceux de la Communauté française. Resteraient donc la Flandre, la Wallonie et la région germanophone ou tout au moins une communauté germanophone, aux habitants des commnes concernées de décider.

21:00 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (14)