Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/10/2008

Terrorisme

Godefroi de Bouillon, Ben Laden, même combat
L¹avoué du Saint-Sépulcre, Godefroi de Bouillon (1ère croisade), peut, par ses méthodes et ses actions, être comparé à Oussama Ben Laden. Les expéditions militaires entreprises de la fin du XIème siècle (1096-1099) jusqu¹au XIIIème siècle (1270) que furent les croisades causèrent la mort et la désolation sur leurs passages. Le sac monstrueux de Constantinople en 1204 (4ème croisade) est encore dans bien des mémoires; le quadrige qui trône en haut de la façade de la basilique St Marc de Venise en est un témoin toujours présent. Ce n¹est pas pour rien que les occidentaux militaristes sont appelés croisés par de nombreux musulmans et ne nous étonnons pas que la guerre sainte soit prônée depuis un certain 11 septembre 2001 par les musulmans radicaux. Oussama Ben Laden est aimé bien au-delà du monde arabe et de la mouvance islamique; en Corée du Sud plusieurs écoliers chantent: "Oussama Ben Laden est la personne que j'admire le plus. Quand je serai grand je veux être un terroriste. Le Président Bush est l'être que je déteste le plus".
Les thuriféraires du pouvoir traquant par tous les moyens les musulmans se détruisent eux-mêmes ainsi que leurs commanditaires. L¹écrivain franco-libanais Amin Maalouf, dans Le premier siècle après Béatrice, stigmatise en ces mots nos guerres et nos querelles: Et ici, chez nous, qu¹avons-nous fait? Nous nous sommes abondamment égorgés, pilonnés, gazés, avec fureur, jusqu¹au beau milieu du vingtième siècle. Puis, un jour, repus, assagis, fatigués, quelque peu vieillis, nous nous sommes assis sur le plus confortable fauteuil en hurlant à la cantonade: ³Et maintenant, tout le monde se calme². Eh bien non, vois-tu, tout le monde ne se calme pas en même temps que nous. Il y a un peu partout des Alsace-Lorraine, des querelles de papistes et de hughenots, tout aussi absurdes que l¹ont été les nôtres, tout aussi meurtrières.

Oussama Ben Laden


Si Oussama Ben Laden avait bien raison?

Le lendemain du 11 septembre 2001, j'écrivais les quelques mots suivants: Compassion pour les victimes en communion avec celles d'Hiroshima, du Vietnam, d'Irak et de Serbie. Respect pour les combattants de la "guerre" contre la première puissance de la planète. Honte pour la violence de la politique étrangère des Etats-Unis passée, présente et future. Un souhait pour la Palestine: le respect des résolutions de l'Assemblée générale des Nations unies du 29 novembre 1947 demandant la création d'un État arabe et d'un État juif et du 20 décembre 1988 affirmant qu'il est nécessaire de permettre au peuple palestinien d'exercer sa souveraineté sur son territoire occupé depuis 1967.

Aujourd'hui je suis encore plus convaincu de ce que j'écrivais le 12 septembre 2001.

Compassion, bien sûr, avec les victimes, dont le nombre bien étrangement décroît au fur et à mesure dans le temps, mais n'est ce pas avant tout pour éviter de saper le moral des "bâtisseurs du capitalisme mondial"?

Respect pour les combattants de la "guerre" contre la première puissance de la planète, non pour leurs sacrifices suicidaires inspirés d'un fanatisme religieux de croisés, mais parce qu'ils affrontent la puissance américaine.

Honte pour la violence de la politique étrangère des Etats-Unis passée, présente et future. Hier, que sont devenues les premières nations américaines. Aujourd'hui, pourquoi tant de victimes à Hiroshima, au Vietnam, en Irak, en Serbie et en Afghanistan? Demain, l'imperium américain deviendra parricide et s'imposera sans doute à l'Europe toute entière?

La guerre de Palestine dure depuis plus d'un demi siècle. Le Premier ministre israélien reçoit ses instructions et ordres de mission de Washington.

La campagne américaine contre Oussama Ben Laden en qui l'Amérique veut voir l'instigateur des attentats contre les tours jumelles de New-York sans en donner la preuve fait au contraire une publicité énorme au fondateur du réseau d'al Qaeda.

Attentats qui par ailleurs sont bien arrivés à propos pour justifier la guerre contre l'Afghanistan qui, à en croire plus d'un, aurait été décidée dès août 2001.

Oussama Ben Laden est aimé bien au-delà du monde arabe et de la mouvance islamique; en Corée du Sud plusieurs écoliers chantent: "Oussama Ben Laden est la personne que j'admire le plus. Quand je serai grand je veux être un terroriste. Le Président Bush est l'être que je déteste le plus". Étrange diront certains cette admiration pour Oussama Ben Laden et cette aversion pour le "presque élu" président Bush. Sans doute les Coréens ont-ils mieux que d'autres apprécié l'arrogante présence américaine depuis plus de 50 ans.

Dois-je vous avouer que mon anti-américanisme date de la fin de la guerre 1940-1945 quand les troupes américaines ont dû faire front contre l'offensive allemande du maréchal von Runstedt dans les Ardennes belges où plusieurs villes et villages furent inutilement détruits par l'armée américaine. Ces destructions n'étaient probablement que des bavures comme celles de décembre 2001 en Afghanistan (20/12: convoi de notables, 27/12: village de Naka, 30/12: village de Niazi Qala).

Terrorisme

 Pierre l¹Ermite terroriste ?
Bravo pour les cinq mandats d¹arrêt du 1er décembre 2005 délivrés contre la filière qui a peut-être permis à notre compatriote Muriel Degauque de se faire exploser en Irak. Mais ce réseau n¹a-t-il fait rien d¹autre que Pierre l¹Ermite prédicateur de la croisade populaire dirigée par Gautier Sans Avoir et anéantie par les Turcs le 21 octobre 1096 en Asie mineure. Pourquoi les premiers sont-ils des terroristes alors que le second est un héros exemplaire? Tous conduisent ou ont mené des innocents fanatisés, kamikazes ou croisés, à la boucherie.