Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/09/2009

Une note d'histoire: la population européenne au Congo en 1910

Le 1er janvier 1910, il y avait au Congo belge 1928 Belges,
64 Allemands, 40 Américains, 324 Anglais, 6 Australiens,
19 Autrichiens, 29 Danois, 3 Espagnols, 40 Français, 30 Grecs,
121 Hollandais, 183 Italiens, 35 Luxembourgeois, 34 Norvégiens,
167 Portugais, 1 Roumain, 68 Russes, 5 Serbes, 207 Suédois,
72 Suisses, 13 Turcs et 1 Vénézuélien,
soit au total 3399 Européens.

27/08/2009

Histoire des divisions administratives du Congo


Etat indépendant du Congo (1885-1908)

En 1885, l'E.I.C. comprend plusieurs stations ou postes d'Etat, jusque là créé et présidé par les résidents Européens. La première organisation proprement dite remonte au 1er avril 1888 par le décret royal, le pays fut divisé en 11 districts à savoir :
Banana, Boma, Matadi, Cataractes, Stanleypool (actuel Kinshasa), Stanleyfalls (actuel Kisangani), Kasaï, Ubangui et Uélé (actuel nord province orientale), Lualaba (actuel Katanga). Ces districts étaient divisés à leur tour en postes ou stations.
Le décret du 7 juillet 1895 apporte une modification en divisant l'E.I.C. en 15 districts qu'on appelle les "districts de l'E.I.C." : Boma, Banana, Matadi, Cataractes, Stanleypool, Kwango, lac Léopold II, Equateur, Ubangui, Bangala (actuel Makanza), Uélé, Aruwimi, Stanleyfalls, Kasaï et Lualaba, certains furent subdivisés en zones et en secteurs.
Le premier centre administratif général du pays fut Vivi jusqu'au 1er mai 1886 quand Boma devint le siège du gouvernement général.

Congo belge (1908-1960)

Les 15 districts de l'E.I.C. furent d'abord ramenés à 12: Bas-Congo, Moyen-Congo, Lac Léopold II, Kasaï, Equateur, Bangala, Ubangi, Uélé, Aruwimi, Stanleyville, Kwango et Katanga.

Par arrêté royal du 28 mars 1912, le Congo belge est divisé en 22 districts:
Le Gouvernement siégeait à Boma depuis le 1er mai 1886, et deux vice-gouverneurs siégeaient à Stanleyville et Élisabethville.

En 1924 furent instituées 4 provinces :
Le 31 octobre 1929, ,Léopoldville hérita de la fonction de centre administratif assumée jusque-là par Boma, par la mise en application de l'arrêté royal du 1er juillet 1923.

Tandis que de 1935 à 1963 furent instituées 6 provinces se décomposant de la manière suivante:
  • Coquilhatville (Équateur après 1947)
    • District du Congo-Ubangi - Lisala
    • District de l'Équateur - Coquilhatville
    • District de Tshuapa - Boende
  • Élisabethville (Katanga après 1947)
    • District du Haut Katanga - Élisabethville
    • District du Lualaba - Jadotville
    • District du Haut Lomami - Kamina
    • District du Tanganika - Albertville
  • Costermansville (Kivu après 1947)
    • District du Kivu Nord - Goma
    • District du Kivu Sud - Bukavu
    • District du Maniéma - Kindu
  • Léopoldville
    • District du Moyen-Congo - Léopoldville
    • District du Bas-Congo - Boma
    • District du Lac Léopold II - Inongo
    • District du Kwango - Kikwit
  • Lusambo (Kasaï après 1947)
    • District du Kasaï - Luebo
    • District du Sankuru - Lusambo
    • District de Kabinda - Kabinda
  • Stanleyville (Orientale après 1947)
    • District de Stanleyville - Stanleyville
    • District du Bas-Uélé - Buta
    • District du Haut-Uélé - Paulis
    • District de l'Ituri - Bunia

  • Première république (1960-1997)

  • En date du 5.1.1963
  • 21 provinces (dites provincettes) et Léopoldville
  • - Congo-Central (Capitale : Matadi)
  • - Cuvette-Centrale (Capitale : Coquilhatville,aujourd'hui Mbandaka
  • - Haut-Congo (Capitale : Stanleyville, aujourd'hui Kisangani
  • - Katanga-Oriental (Capitale : Élisabethville, aujourd'hui Lubumbashi)
  • - Kibali-Ituri (Capitale : Bunia)
  • - Kivu-Central (Capitale : Bukavu)
  • - Kwango (Capitale : Kenge)
  • - Kwilu (Capitale : Kikwit)
  • - Léopoldville (Capitale : Léopoldville, aujourd'hui Kinshasa)
  • - Lomami (Capitale : Kabinda)
  • - Lualaba (Capitale : Kolwezi)
  • - Luluabourg (Capitale : Luluabourg, aujourd'hui Kananga)
  • - Mai-Ndombe (Capitale : Inongo)
  • - Maniema (Capitale : Port-Empain, aujourd'hui Kindu)
  • - Moyen-Congo (Capitale : Lisala)
  • - Nord-Katanga (Capitale : Albertville, aujourd'hui Kalemie)
  • - Nord-Kivu (Capitale : Luofu)
  • - Sankuru (Capitale : Lodja)
  • - Sud-Kasai (Capitale : Bakwanga)
  • - Ubangi (Capitale : Gemena)
  • - Uélé (Capitale : Paulis, aujourd'hui Isiro)
  • - Unité-Kasaïenne (Capitale : Tshikapa)

22/08/2009

La presse politique congolaise à Léopoldville en avril 1963

Voici un inventaire de la presse politique congolaise à Léopoldville écrit en avril 1963, j'attends en réponse d'un de mes lecteurs un pareil relevé de la presse d'aujourd'hui en République démocratique du Congo et plus particulièrement à  Kinshasa.


Du premier hebdomadaire de l'Abako "Kongo dia Ngunga" paraissant dès 1952 à l'organe du Muel "Nouvelle Face", fondé en mars 1963, nombreux furent les journaux politiques crées à Léopoldville.
"Présence Congolaise" commença à paraître dès 1956 comme bimensuel supplémentaire au Courrier d'Afrique dont il fut séparé en 1959.
L'hebdomadaire "Congo" fondé en 1957 par Philippe Kanza et Mathieu Ekatou, fut supprimé la même année mais il réapparut en novembre 1959 et devint même quotidien en 1960 du début août à la mi-septembre. Il était de tendance pro-gouvernementale aussi cessa-t-il de paraître après l'installation des commissaires généraux.
Mais la véritable naissance d'une presse congolaise coïncide avec la lute pour l'indépendance. Aussi de nombreux journaux politiques virent le jour en 1959 et notamment: Emancipation (Parti du Peuple), Indépendance (MNC Lumumba), Kongo Dieto (Abako), Liberté, devenu plus tard Congo Libre (PNP), Notre Kongo (Abako), Solidarité Africaine (PSA), La Voix du Peuple (MNC Kalonji).
En 1960, ce fut spécialement le cas de: Actualités Africaines, l'Aurore du Kongo (Abako), La Nation Congolaise (Puna), La Vérité (Céréa Kashamura).
En 1961: Bantous (de tendance modérée pro-Iléo),  L'Echo du Bas-Congo (Abako), Le Kongolais ou Le Démocrate Kongolais (Abako), Le Matin (pro-lumumbiste), La Semaine (pro-lumumbiste).
En 1962: Afrique Réelle (indépendant), Kongo ya Lelo (édition en lingala de Présence Congolais, La Nation (hebdomadaire pro-gouvernemental, Le Progrès (quotidien pro-gouvernemental), La Relève (Rassemblement National de la Jeunesse Congolaise), Voici l'Heure (indépendant), La Voix du Tiers-Monde (PNCP), Le Vrai Visage (PNP).
Plusieurs de ces journaux n'eurent qu'une existence éphémère, d'autres ne paraissent que d'une manière intermittente. Aussi la presse politique paraissant régulièrement à Léopoldville en avril 1963 est-elle considérablement réduite et ne comprend plus en ce moment que: Actualités Africaines, Afrique Réelle, Le Courrier d'Afrique,, Le Progrès et Présence Congolaise.
Les périodiques que nous avons mentionnés jusqu'ici ne comprennent ni les publications éditées en province, ni les organes des syndicats ou mouvements de jeunesse tels Notre Droit pour l'UTC, Le Travailleur Kongolais de la CSLC, Pédagogie de la CEC, le Bulletin de la JOC, les Echos de Lovanium, etc, ni les publications officielles tels Congo Magazine (Ministère de l'Information), Congo dans le Monde (Ministère des Affaires étrangères, Nouvelles Congolaises (Ministère de l'Information), Presse Hebdomadaire et Nzangu za Luzingu (Kongo Central) ou para-officielles comme la Voix du Kwilu (Kwilu), ni les revues non politiques comme "Antennes" que publie l'Université Lovanium depuis 1961/62 ou "Eva", le mensuel pour femmes paraissant depuis 1960, ou plus spécialisées comme Etudes Congolaises (revue éditée en commun par l'Institut national d'études politiques et le centre de recherche et d'informations socio-politiques) et Présence universitaire (Lovanium), ni le groupe de publications diffusées par l'Office de Diffusion de la Presse Catholique à Léopoldville: Afrique Chrétienne, hebdomadaire d'informations générales s'adressant plus particulièrement aux jeunes de l'enseignement secondaire, Antilope, bimensuel illustré pour les jeunes de l'enseignement primaire, Cadicec, la revue des cadres et dirigeants chrétiens des entreprises, Documents pour l'Action, revue bimestrielle de formation des cadres, Hodi, bimensuel d'information en swahili, Voir et Savoir, magazine mensuel de culture générale.
Cette recension ne relève pas non plus les périodiques édités à Léopoldville par des groupements politiques angolais; Mondo pour l'Aliazo, La Nation Angolaise pour l'UPA (Roberto Holden et Nekala) et Unidade Angolesa pour le MPLA (Mario de Andrade), ou par des ambassades par exemple Perspectives Américaines.