Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/08/2009

Kabila et Kagame s'accordent

Germain Mpundu : Kabila et Kagame s'accordent pour mettre fin aux activités hostiles des FDLR et du CNDP Goma | 06 Août 2009 à 18:40:21

Kabila et Kagame s'accordent pour mettre fin aux activités hostiles des FDLR et du CNDP Goma | 06 Août 2009 à 18:40:21
Le Rwanda ne permettra à personne ni à aucune organisation de déstabiliser le Congo. De son côté, la RDC réaffirme sa détermination à éradiquer le phénomène FDLR sur son sol. C’est ce qui ressort du tête-à-tête Joseph Kabila - Paul Kagame ce jeudi sur une zone neutre entre Goma et Gisenyi, rapporte radiookapi.net
«Le Rwanda affirme avec fermeté qu’à aucune façon ni Laurent Nkunda, ni le CNDP ne seront permis de mener des activités qui déstabiliseraient la paix en République démocratique du Congo et la région dans son ensemble», a déclaré le président Kagame au cours du point de presse tenu par les deux chef d’Etat à l’issue de leur rencontre.

Un journaliste rwandais a voulu avoir des assurances de la part de la RDC à propos des FDLR et ex-FAR, dont il croit que certains auraient même été enrôlés dans les Forces armées de la République démocratique du Congo. A ce sujet, Joseph Kabila a réagi en ces termes: «Les FDLR sont des criminels bien connus. (NDLR: Et il est connu) de tout le monde que la question et l’objectif de leur éradication sont justement en cours du fait des opérations en cours. Jusqu’à preuve du contraire, nous ne pouvons pas en même temps user de force en vue de leur éradication et organiser une sorte de jeu, une sorte d’arrangement, pour ne pas mener à bout l’objectif d’éradication.»

Les questions du développement ont été également abordées lors de ce sommet de Goma, a indiqué le ministre congolais de la Coopération régionale, Raymond Tshibanda, qui lisait le communiqué conjoint sanctionnant la fin des travaux.

De leur côté, certains observateurs affirment que cette rencontre était très attendue par la communauté internationale. Par exemple, le représentant de l’Union européenne à Goma, Jean-Michel Dumont, paraphrasant le chef de l’Etat congolais, a déclaré que la rencontre de ce jeudi entre les deux hommes d’Etat à Goma est «un petit pas, mais un pas de géant» dans l’avenir de la sécurité et du développement de deux pays et de deux peuples, qui ont un passé commun séculaire.
Copyright Radio Okapi

04/08/2009

FIDH

Que cherche, ce vendredi 24 juillet 2009, la Fédération internationale des Droits de l'Homme qui a dénoncé la "dérive autoritaire du régime" du président congolais Joseph Kabila et les médias qui lui ont emboîté le pas. La dérive autoritaire du pouvoir est dénoncée, soit, mais sincèrement si un certain Bemba avait gagné les élections le pouvoir serait-il plus démocratique; je n'en crois rien au contraire d'une part il doit déjà s'expliquer devant le CPI et d'autre part refusant le verdict des urnes il prit les armes à Kinshasa espérant renverser le pouvoir avec l'appui de la population qui heureusement plus sage que ses chefs chefs ne bougea pas.

13/07/2009

La Force publique du Congo belge

Aux nostalgiques d'une armée congolaise autoritaire et impériale je dédie cette note d'histoire.
Pendant la guerre 1914-1918
Quoique la Force publique, ancêtre des FARDC, n'eut été organisée que pour maintenir l'ordre intérieur, le Gouvernement belge décida de l'envoyer combattre aux côtés des alliés. Les troupes coloniales belges prirent part à la conquête du Cameroun avec la France, à la défense de la Rhodésie avec les Britanniques puis encore avec ces  derniers à l'invasion de l'Afrique orientale allemande.
Conquête du Cameroun
Dès le début de la guerre, le Gouvernement français sollicite le concours des forces  belges pour appuyer les détachements français au Cameroun. Les troupes coloniales belges participent, en octobre 1914, à la prise de Nzimu, puis de Mulundu et de Lomie. En octobre 1915, a lieu la prise de Yaoundé, résidence du Gouverneur allemand. Le 28 janvier 1916 les honneurs sont solennellement rendus, dans cette place, aux drapeaux des trois armées alliées par des détachements français, anglais et belges.
Campagne belge en Rhodésie
Dès septembre 1914, les Allemands attaquèrent la ville d'Abercorn en Rhodésie. A la demande du gouvernement anglais, deux compagnies belges furent envoyées au secours d'Abercorn. En juin 1915, le poste de Saisi, à 35 km. d'Abercorn, fut attaqué. Saisi est assiégé deux fois par les Allemands. Le second siège dure huit jours, mais il est levé à la suite des secours apportés par les troupes belges commandés par le major De Koninck. En novembre 1916, le détachement belge quitte définitivement la Rhodésie.
Campagne belge en Afrique orientale allemande
L'offensive contre la colonie allemande est déclenchée en avril 1916 et dès le mois de juin les Belges s'emparent, après plusieurs combats, du Rwanda et du Burundi.  Les troupes coloniales belges se dirigent ensuite vers le chemin de fer de Kigoma à Tabora, s'emparent de la plus grande partie de la ligne et entrent à Kigoma le 28 juillet 1916. La prise d e ce port facilite l'approvisionnement en rendant possible l'utilisation du lac Tanganika. Pour la prise de Tabora, deux brigades y convergent, l'une du nord venant de Mwanza, l'autre du sud s'avançant le long de la ligne de chemin de fer Kigoma-Tabora. A dater du 1er septembre, les troupes coloniales belges livrent une série d'engagements qui se terminent par la prise de Tabora que les troupes ennemies abandonnent le 18 septembre 1916. Le lendemain, 19 septembre 1916, le général Tombeur, à la tête des troupes belges, entre dans la capitale de l'Afrique orientale allemande.
Campagne 1917-1918
En 1917, les troupes belges, sous les ordres du lieutenant colonel Huyghe coopèrent à l'attaque des forces ennemies dirigées par Wintgen, qui est fait prisonnier. Elles couronnent leur intervention par la victoire de Mahenge dans laquelle elles entrent le 9 octobre 1917.
Campagne africaine de 1940-1945
Après la capitulation de l'armée belge, le Congo belge resta dans la guerre aux côtés des alliés. Le Gouvernement de la Colonie à Léopoldville en accord avec le Gouvernement belge de Londres organisa les forces militaires belges qui pourraient participer à la lutte commune.
Dès le début 1941 les troupes coloniales qui devaient éventuellement défendre le Congo contre les Italiens se concentrent au nord-est et dès février 1941 entament leur offensive, elles traversent le Soudan pour attaquer le massif éthiopien italien. Successivement ce sont les victoire d'Asosa (11 mars 1941), de Gambela (22 mars 1941) et de Saio (5/6 juillet 1941).
L'Afrique occidentale française ne s'étant pas ralliée au général de Gaulle, des troupes belges  sont envoyées en juillet 1942 au Nigeria, au Dahomey(Bénin) et au Togo. Après le débarquement anglo-américain en Afrique du Nord (8 novembre 1942), ce corps  d'armée de quelque 10.000 hommes fut expédié en Egypte, rejoignant le Caire par l'Afrique équatoriale française, Khartoum et le désert de Nubie.
Le corps expéditionnaire belge fut rapatrié au Congo en août 1944.
Au cours de la guerre un hôpital de campagne composé d'une vingtaine d'européens et de 400 congolais fit constitué au Congo et apporta son concours sur les fronts d'Afrique puis spécialement en Extrême-Orient, en Birmanie. Cet hôpital quitta Stanleyville le 10 novembre 1943 pour atteindre Nairobi à la Noël,  et embarqua le 22 février 1944 pour la Birmanie.
____________
Sources:
- Guide du voyageur au Congo belge et au Ruanda-Urundi, Bruxelles, 1ère édition, 1949
- LAMBIN Francis, Congo belge, Bruxelles, Ed. Cuypers, 1948
`