Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

anneet - Page 8

  • Congo, 50 ans d'indépendance

    L’indépendance mérite d’être fêtée, ceux qui disent non ont-ils connu l’injustice du temps colonial? Je suis un belge qui a connu le Congo belge dès le 5 janvier 1959 et scandalisé par l’apartheid qui y régnait a adhéré au MNC dès le mois de mars 1959 et a profondément regretté la scission du parti avant même l’indépendance. Le gouvernement belge a accepté l'invitation faite au Roi par le gouvernement congolais. Le gouvernement belge est un gouvernement de centre droit. Les seuls opposants à ce voyage sont le sp.a (parti socialiste flamand) et les Groen (écologistes flamands). Le MOC (mouvement ouvrier chrétien) est assez proche des thèses de l'opposition congolaise et des ONG qui refusent les fastes de ce voyage. Par contre le PTB (parti du travail de Belgique), parti marxiste est plutôt pour et a donné la parole (2 pages) à l'ambassadeur congolais à Bruxelles dans son hebdomadaire Solidaire.

    Plus que la personnalité de Patrice Lumumba je suis certain que ce sont les conseillers belges de son gouvernement qui ont condamné ce premier gouvernement car tous opposés à la trilogie coloniale classique; ces conseillers étaient quasi tous étiquetés à gauche socialistes ou démocrates chrétiens.

    Si en quelques mots je me permets de dresser le bilan des 50 années d'indépendance, je mets du côté positif: la proclamation de l'indépendance, le discours historique de Lumumba, la prise de pouvoir de Laurent-Désiré Kabila afin de mettre fin à la dictature de Mobutu, l'accord de partage du pouvoir passé avant le 2ème tour des élections présidentielles entre les partis PPRD (Joseph Kabila), PALU (Antoine Gizenga et UDEMO (François-Joseph Nzanga Mobutu),(cet accord a permis de sauvegarder l'unité du pays). Du côté négatif la confiscation de la démocratie par Mobutu, toutes les élections: y compris et pour commencer celles de 1960, aujourd'hui la présence toujours active à l'est du pays des FLDR qui y commettent les pires exactions à l'égard des populations.

    Le discours du Roi le 30 juin, outrancièrement paternaliste, était bien dans l’optique coloniale (comme Tintin au Congo) et devait appeler une réplique congolaise immédiate ou postposée; je ne peux m’imaginer que l’entourage royal et le gouvernement étaient à ce point ignorants de la réalité que pour ignorer une riposte nationaliste congolaise. Par son discours Lumumba reprenait la main et apparaissait plus nationaliste que Kasavubu. Je me souviens à ce propos d’avoir assisté à la fin de la Table ronde de Bruxelles une chaude discussion entre Lumumba et son ami belge Jean Van Lierde ce dernier conseillant à Lumumba, s'il gagne les élections,  de prendre le poste de premier ministre (qui gouverne) et de laisser celui de président (qui règne) à Kasavubu alors que Lumumba lui répliquait qu’aux yeux de la population il n’y aurait qu’un chef. Pour le malheur du Congo le modèle belge a prévalu et voilà pourquoi je conclus en disant: Congolais, soyez unis, indépendants et créatifs, ne copiez pas les modèles étrangers, fondez un pays fidèle à votre identité et à votre culture.

  • Bilan du Congo actuel

     

    Le bilan du Congo actuel ne compte qu'une seule chose véritablement positive c'est l'accord de partage du pouvoir entre les partis PPRD (Joseph Kabila), PALU (Antoine Gizenga et UDEMO (François-Joseph Nzanga Mobutu) passé avant le 2ème tour des élections présidentielles; cet accord a permis de sauvegarder l'unité du pays. La plus négative des choses est la présence toujours active à l'est du pays des FLDR qui y commettent les pires exactions à l'égard des populations.

    Je ne nie pas les faiblesses du pouvoir et les fautes impardonnables de certains; je n'ignore pas non plus les crises internes tant au Palu qu'à l'Udemo mais j'insiste sur l'unité du pays sauvegardé car une victoire de Kabila sans un appui à l'ouest aurait pu être fatal tout comme une victoire de Bemba sans ancrage à l'est.

    Personne ne veut scinder ou balkaniser le Congo sauf certains intérêts étrangers mais je répète que l'accord de partage du pouvoir entre Kabila, Gizenga et Nzanga Mobutu est une garantie d'unité pour le pays car une victoire de Kabila sans cet appui de l'ouest serait un danger tout comme l'aurait été la victoire de Bemba sans ancrage à l'est.

    Quant à cette manipulation de Louis Michel concernant les élections je ne suis pas convaincu de ces rumeurs persistantes. La seule chose que je sais c'est qu'il eut été préférable de ne pas aller aux élections et de suivre ce que le Mzee Kabila voulait au préalable "les comités de pouvoir populaire".

    Je vous rappelle que l'indépendance du Congo acquise à la Table ronde de Bruxelles ne l'a pas été par des élus mais par des délégués. Les élections sont un modèle démocratique très occidental. Un conseil: Congolais, soyez unis, indépendants et créatifs, ne copiez pas les modèles étrangers, fondez un pays fidèle à votre identité et à votre culture.

  • La Bible a-t-elle sa place dans la culture négro-africaine?

    "Lorsque les missionnaires sont venus, nous possédions la terre et eux possédaient la bible. Ils nous ont appris à prier les yeux fermés. Lorsque nous les avons rouverts, nous possédions la bible et eux possédaient la terre." Jomo Kenyatta
    Ces paroles du leader historique du Kenya résument à elles seules le bien-fondé de la question.
    L'utilisateur du bâton d'Ishango n'a pu connaître la Bible.
    Mais d'une façon plus générale et universelle j'ajouterai que parler du christianisme c'est lui faire beaucoup trop d'honneur quand on sait qu'il est apparu sur terre il y a seulement 2000 ans, qu'il s'est imposé d'abord à l'empire romain par la conversion de Constantin puis au monde par la conquête, l'inquisition, la négation des peuples autochtones, la traite des noirs et la colonisation. Et que dire alors des hommes ayant précédé le christianisme il y a au moins 3 millions d'années avec Lucy et probablement 7 millions d'années avec Toumaï.